30/04/2006

Le monopole, pour ne pas dire l'hégémonie de certaines langues va vraiment se nicher partout

 

Quel scandale aux Etats-Unis ! Les 10 % d'américains hispanophone ont osé traduire l'hymne national en espagnol. Bush-le-va-t-en-guerre lui même s'en est mêlé. Il est scandalisé, lui qui chante la main sur le coeur : "America, croquettes d chat..."(je me suis un peu trompé pour les paroles, mais quand Geoooooorge avait bu un coup...). Non, mais quoi encore ? Va-t-on faire la chasse aux hispanophones américains, comme à l'époque du McCarthysme on faisait la chasse aux communistes... C'est vraiment vouloir distraire un peuple qui en a assez de la guerre en Irak, comme ils en ont eu assez de la guerre au Vietnam

08:10 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/04/2006

La grippe

Ah, la salope. C'est toujours ainsi. Quand l'hiver se termine ; qu'on croit avoir passé par tous les maillons. Elle vous choppe au moment où vous y pensez le moins. Fort de mes bonnes résolutions sportives, je pensais qu'éliminant tous les jours les toxines et buvant - ô miracle - deux litres d'eau par scéance de sport, elle m'oublierait. Et bien non, voilà deux jours que je suis au lit. Et là, je bois beaucoup moins qu'à la salle et beaucoup moins que je ne devrais. En écrivant ces lignes, j'ai l'impression que mon lit m'appelle à grands cris et pourtant je voulais alimenter mes blogs et lire mon courrier. Pour le blog c'est chose faite ; pour le reste, c'est une autre paire de manches

10:56 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/04/2006

Faire du sport

 
Cela faisait des années que mes amis me disaient : "tu devrais faire du sport". J'étais d'accord avec tous ceux qui me le disaient ; mais cela restait une bonne intention. J'avais bien fait l'achet de quelques petits appareils pour commencer à m'entraîner. Mais après quelque temps, je me contentais de regarder ces instruments. Il y a près d'un mois, je me promenais au centre ville, et je vis qu'on avait ouvert une nouvelle salle de sport. J'ai hésité avant d'entrer demander des renseignements. Et je suis ressorti avec un beau prospectus dans les mains. J'en parlais à une amie qui me fit remarquer qu'il y avait une salle pas très loin de chez moi. Le vendredi suivant, prenant mon courage à deux mains, je suis allé voir pour prendre des renseignements. Je suis retourné à la maison ; mais cette fois j'étais bien décidé et je ne fis qu'un aller-retour (à pied). Et voilà bientôt trois semaines qu'à raison de 6 fois par semaine que je persévère et que je tiens le coup...ouf

08:22 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/04/2006

Sortie cinéma

 
Camping
Je ne vais pas râler tous les jours sur quelque chose. Bien que j'aie un autre blog où je parle davantage de cinéma, ça ne m'empêche pas de saluer la sortie d'un film qu'on nous annonce exceptionnel. Je dis bien qu'on nous annonce ; je suis prudent. Il arrive parfois que lorsque je regarde un film à la télévision, que tous les journaux TV déclarent être un navet. Il m'arrive au contraire de la trouver génial. Je n'en citerai qu'un : Lévy et Goliath avec Richard Anconina, Miche Bouchena et Maxime Leroux. Il y parfois des films déclarés film culte, qui m'ennuye profondément. Mais pour revenir à Camping, je laisse le soin à un autre chroniqueur pour le décire
 
 

Au camping des Flots Bleus, ça débarque de toute la France.

Comme tous les ans, c'est le moment des retrouvailles autour de l'apéro d'usage pour les familles d'habitués.

Sauf que cette année, les Pic n'ont plus leur emplacement 17, les Gatineau font tente à part, et Patrick Chirac, le playboy de Dijon, se fait plaquer par sa femme.

C'est dans ce camping que Michel Saint Josse, chirurgien esthétique à Paris, se retrouve bien malgré lui pour y subir les problèmes existentiels d'une espèce jusqu'alors inconnue de lui : le campeur…

Avec:Gérard Lanvin, Franck Dubosc, Mathilde Seigner, Antoine Duléry, Claude Brasseur, Mylène Demongeot, Frédérique Bel, Christine Citti, Laurent Olmedo, ...

08:48 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/04/2006

Le problème des émigrés

 Jean-Arnold de Clermont

Ce matin, la chaîne française LCI recevait le pasteur Jean-Arnold de Clermont, président de la Fédération protestante de France, représentant plusieurs dénominations du protestantisme français. Ce groupement ayant réfléchi à des propositions de lois, du ministre de l'intérieur, qui réglementeraient de façon restrictive l'acceptation de nouveaux émigrés. (En clair, il serait temps que les politiciens consultent ceux qui les ont élus face à ce drame.) La Belgique n'est pas mieux située quant à la politique qui cherche non à trouver une solution pour la plupart des émigrés, mais tout comme en France, n'ont de but que de récupérer les voix de l'extrême droite qui tient un discours d'expulsion massive, oubliant que certains sont des fils d'anciens émigrés ; et si on avait été aussi restrictifs pour leurs grands-parents, au lieu d'être français ou belges ou allemands, ils seraient aujourd'hui apatride. Les croyants oublient-ils que le Nouveau Testament affirme que Dieu a voulu que les hommes habitent sur toute la terre habitée. Et les hommes de gauche, chantent-ils encore "l'International" sans réfléchir aux paroles : "la terre n'appartient qu'aux hommes". Je sais qu'il y aura des petits malins pour dire que l'International continue en disant : "l'oisif ira manger ailleurs". Mais qui a dit que l'oisif, c'est l'étranger. Je connais des belges qui n'aiment pas le mot travail et des étrangers qui aiment non-seulement travailler ; mais qui font un travail bien fait. Voilà les réflexions que suscitent chez moi l'intervention de la Fédération Protestante de France auprès de Sarkozi

08:43 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/04/2006

Joe

Quel drame pour les parents ! Quel monde immonde ! Tuer pour un mp3.

Outre la douleur que je ressens pour les parents, moi qui ai moi-même des enfants et des petits enfants, je m’interroge.

Je m’interroge à plus d’un titre. Je m’interroge en me disant : « comment peut-on en arriver à tuer pour dérober – quelle que soit la valeur de l’objet ou de la somme dérobée ? ».

L’affaire de Joe suscite un ras le bol de la population. Car ce n’est pas la première affaire de ce genre ; d’autres ont été moins médiatisées.

Mais, les mouvements d’extrême-droite aimeraient récupérer ce ras le bol, en pointant leur doigt vengeur vers l’émigré, l’étranger.

Et même s’il s’avère exact que dans le cas de Joe, ce serait un fils d’émigré qui aurait fait le coup, peut-on par ce drame diaboliser toute une partie ou l’entièreté, majoritairement honnête, de la population émigrée.

Heureusement, que les parents restent dignes et appellent à la dignité.

La population tout entière est à rééduquer – pas seulement les jeunes.

Rappelez que seul le bien qu’on a acquis honnêtement profite. Que la publicité soit un peu moins élogieuse concernant les objets de consommation, l’argent facilement emprunté.

Davantage d’effort pour que le premier emploi des jeunes ne soit plus si difficile à décrocher (sous prétexte qu’ils n’ont pas d’expérience). C’est vrai que ce ne sont pas toujours les plus pauvres qui sombrent dans la délinquance ; mais pourquoi augmenter les risques. C’est un ensemble de mesures qui doivent être prise, sans sombrer dans la répression obsessionnelle ou la xénophobie maladive. La xénophobie est une maladie mentale ; mais elle se soigne : par une meilleure connaissance de l’autre. (rappelons nous le dialogue dans les aventures de rabbi Jacob entre Victor Pivert (Louis De Funès) et son chauffeur Salomon (Henri Guibet) :

-         je n’ai rien à faire de vos simagrées

-         ce n’est pas plus bête que vous qui ne pouvez pas manger de la viande le vendredi

Enfin, je vous renvoie au film, au-delà du rire, méditez sur les différents comportement racistes qui sont le résultat de l’ignorance et nous pourrons alors vivre dans une société multiculturelle où il fera bon vivre

 

 

09:35 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/04/2006

L'épuration

 
Le personnage de Robert Brasillach est un personnage très complexe. Excellent écrivain, il va hélas profiter de son art pour entrer dans la collaboration à l'aide de sa plume.
Hier, la chaîne France 5, au travers de ce personnage, a fait le procès de l'épuration. Le titre de l'émission "Fallait-il fusiller Robert Brasillac ?"
Plus de 50 intellectuel avait signé une pétition pour que soit grâcié cet écrivain talentueux. Charles de Gaule (comme chaque fois qu'il le pouvait) refusera la grâce.
Hier soir, même les plus opposés à Brasillach, ont reconnu que si le procès avait eu lieu six mois plus tard, Brasillach n'aurait surement pas été fusillé. Il aurait été certainement condamné à une lourde peine, car ses articles féroces et agressifs dans "Je suis partout" dont il était le rédacteur en chef, ont souvent été cause d'animosité et provoqué la mort d'hommes célèbres (bien que certains reconnaissent que sans les articles de Brasillach, le résultat eut été le même).
Mais lorsque la haine et la vengeance prend le dessus, on ne peut arriver qu'à de tels résultats.
Je ne peux en aucun cas excuser Brasillach et consorts. Je suis philosémite, alors que Brasillach était antisémite. Je suis plutôt de gauche, alors qu'il était d'extrême-droite. Mais je suis contre la peine de mort, parce que la peine de mort ne permet jamais au coupable de réaliser l'ampleur de ses crimes.

07:19 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |